Les OGM constituent une menace pour l’agriculture paysanne.  Toutes les techniques de modification génétique des plantes sont couvertes par des brevets, renforçant le contrôle des semences par les quelques multinationales (pour la plupart européennes) qui dominent ce marché, détruisant l’autonomie et les droits des paysan·ne·s aux semences. Bien que présentées par les multinationales qui les produisent comme la solution miracle au changement climatique et à la fin des pesticides, les plantes issues d’OGM sont en réalité un pur produit de l’agriculture industrielle et un désastre environnemental: des plantes standardisées pour le marché mondial, pas du tout adaptées aux conditions locales de culture, qui poussent en monocultures et nécessitent beaucoup d’intrants chimiques pour survivre. En bref, les OGM sont absolument incompatibles avec le modèle d’agroécologie paysanne qu’ECVC défend comme solution aux défis environnementaux et climatiques actuels. Les paysan·ne·s n’ont jamais eu besoin d’OGM pour nourrir la planète, c’est une fausse solution uniquement destinée à enrichir quelques multinationales!

 Au sein de l’UE, depuis 2001, une législation stricte encadre les OGM, grâce à la mobilisation des paysan·ne·s, environnementalistes et citoyen·ne·s, qui restent en grande majorité opposés à ces techniques. Mais sous la pression des lobbys, la Commission européenne est en train de faire des propositions pour déréguler certaines nouvelles techniques de modification génétique (nouveaux OGM) , au mépris du droit des paysan·ne·s et des paysan·ne·s à choisir une agriculture et une alimentation sans OGM.


Signez la pétition pour que les nouveaux aliments OGM restent strictement réglementés et étiquetés !

Si le formulaire de la pétition ne s’ouvre pas, vous pouvez essayer d’ouvrir la page dans un autre navigateur.

Les grandes entreprises semencières et chimiques tentent d’introduire de nouveaux organismes génétiquement modifiés (OGM) sur le marché, forçant ainsi les aliments génétiquement modifiés à se retrouver dans nos champs et nos assiettes à notre insu.

Ces entreprises font pression sur la Commission européenne depuis des années pour exclure les nouveaux OGM de la législation européenne sur les OGM, sur base d’allégations infondées sur leurs avantages supposés en matière de durabilité, de réduction des pesticides et de bénéfices pour le climat. Mais comme ces entreprises détiennent également des brevets sur les semences obtenues avec ces techniques, leur véritable motivation est l’augmentation de leurs profits. Une telle mainmise de l’industrie sur les semences menacerait non seulement gravement l’autonomie des agriculteur·rice·s en matière de semences et la biodiversité agricole dans son ensemble.

La Commission européenne prévoit maintenant d’exclure les nouveaux OGM, qu’elle appelle nouvelles techniques génomiques (NGT), des procédures d’approbation de la législation européenne actuelle sur les OGM. Selon les règles actuelles, les anciens et les nouveaux OGM sont soumis à un système d’ autorisation européen, qui garantit l’évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement, la transparence pour les producteur·rice·s et les agriculteur·rice·s, et un étiquetage clair pour les consommateur·rice·s. L’exclusion des nouveaux OGM empêcherait les agriculteur·rice·s, les producteur·rice·s de denrées alimentaires, les distributeurs et les citoyen·ne·s d’opter pour des choix sans OGM. Nous avons le droit de décider ce que nous mangeons et ce que nous faisons pousser dans nos champs !


· Les nouveaux OGM sont des OGM et doivent être réglementés comme tels, conformément au principe de précaution. Tous les OGM doivent faire l’objet d’une évaluation stricte en matière de sécurité et être étiquetés comme génétiquement modifiés, afin de garantir la transparence de toute la chaîne d’approvisionnement pour les citoyen·ne·s et les agriculteur·rice·s.

· Des recherches supplémentaires doivent être menées concernant les risques des nouveaux OGM pour l’environnement, la biodiversité et la santé, concernant leur impact socio-économique pour les agriculteur·rice·s et les systèmes alimentaires, ainsi que concernant le développement de méthodes de détection.

· Les décideurs politiques nationaux et européens doivent promouvoir et soutenir des solutions qui ont fait leur preuves pour une agriculture durable et résiliente au changement climatique, telles que les pratiques agroécologiques et l’agriculture biologique, et protéger la liberté des sélectionneur·euse·s d’opérer sans être limité·e·s par la portée considérable des brevets sur les semences produites avec de nouveaux OGM.

Nous demandons instamment aux décideurs nationaux et européens de prendre une position ferme contre toute tentative d’exclure les nouveaux OGM de la législation européenne existante sur les OGM et de maintenir les contrôles de sécurité, la transparence et l’étiquetage obligatoires pour tous les OGM afin de garantir la sécurité de notre alimentation, ainsi que de protéger la nature, l’environnement et notre liberté de choix.

Qui est derrière cette pétition ? Une coalition de plus de 40 organisations paysannes et environnementales dans 15 pays de l’UE gère et soutient cette pétition. Sur cette page, le compteur de la pétition indique le nombre total de signatures recueillies par nos différentes organisations partenaires. Vous pouvez signer et partager la pétition au moins jusqu’en juillet 2022.

Vous souhaitez en savoir plus sur la position d’ECVC sur les nouveaux OGM? Vous pouvez consulter notre fiche info Nouveaux OGM, brevets et droits des paysan·ne·s aux semences, et notre dernière publication, Inscrire les droits des paysan·ne·s relatifs aux semences dans le droit européen.