Accueil / Positions politiques / Droit à la terre, aux ressources naturelles et au sol

Droit à la terre, aux ressources naturelles et au sol

Nous plaidons en faveur d'une réforme agraire - une transformation de notre relation avec la terre pour une plus grande justice sociale et écologique, dans le respect des droits, des cultures, des paysages, de l'environnement et de la souveraineté alimentaire des peuples. Tous les cadres de régulation des terres agricoles et des ressources naturelles doivent être fondés sur l'article 17 de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans, qui consacre le droit à la terre et aux ressources naturelles, et sur les Directives volontaires du CSA sur la gouvernance responsable des régimes fonciers (VGGT). Les luttes pour la terre ont toujours été liées à la justice sociale, et nous réaffirmons que la terre n'est pas une marchandise mais un droit !

Nous comprenons que les terres agricoles sont une ressource naturelle limitée qui peut être appréhendée selon trois dimensions : le sol (un écosystème vivant essentiel à la fertilité de la terre), la tenure (la question de la délimitation et de la gouvernance des terres agricoles), et l'utilisation (toutes les pratiques effectuées dans ce domaine). Les territoires et les paysages de l'Europe font partie de son patrimoine et sont le résultat de la fonction sociale de la terre au fil des siècles. Les questions liées aux terres agricoles ont donc également une forte composante culturelle, en plus de leur aspect environnemental.

Cependant, du fait de l'industrialisation de l'agriculture, les terres agricoles sont partout menacées : accaparement et concentration des terres, imperméabilisation des terres et dégradation de la santé des sols, financiarisation des terres, diminution du nombre d'exploitations et d'agriculteur.rice.s, difficultés d'accès aux terres pour les jeunes et les nouveaux.elles agriculteur.rice.s, déforestation, pollution des eaux, etc. Ces phénomènes sont exacerbés par la PAC car, en accordant des subventions en fonction de la surface, elle favorise la concentration et l'accaparement des terres en Europe et dans le monde.

Key objectives

  1. Mettre fin à la concentration des terres et à l'accaparement des terres.
  2. Mettre en place un observatoire foncier pour suivre les transactions foncières.
  3. Faciliter l'accès à la terre pour les jeunes et les nouveaux.elles agriculteur.rice.s.
  4. Protéger et défendre les droits collectifs et coutumiers d'utilisation des terres.
  5. Donner la priorité à l'utilisation agroécologique des terres.
  6. Réformer la politique agricole commune en soutenant véritablement la création d'opportunités d'emploi au lieu d'accorder des subventions basées sur la surface.