COMMUNIQUE DE PRESSE

 

6 Février 2019

 

Journée Internationale pour les droits des personnes en migration et contre leur répression

 

 

La Coordination Européenne Via Campésina et la Fédération Nationale du Secteur Agricole (FNSA-Maroc) s’associent aux familles des victimes qui commémorent ce jour le massacre de Tarajal. Le 6 février 2014, 15 personnes et des dizaines de disparus tentant de rejoindre les côtes espagnoles à la nage, sont morts noyés sous les yeux de la  Guardia Civil qui les refoulait avec leurs tirs de balles de caoutchouc et autres matériels anti-émeute.

 

Cet événement est devenu le triste symbole de la mise en oeuvre de politiques migratoires déshumanisées et de répression criminelle aux frontières, reniant les principes même de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

 

Le même cynisme et les même logiques produisent la perte des personnes noyées en Méditerranée (désormais en moyenne 6 migrant-e-s disparu-e-s en mer par jour en 2018, selon l’ONU), accidentées sur les routes du travail dans les Pouilles, exploitées dans les champs des grandes exploitations européennes, …

 

A la suite de notre appel de Marrakech en faveur d’un Pacte de solidarité et d’unité d’action pour les droits de toutes les personnes migrantes et réfugiées, nous appelons, particulièrement en ce jour, à ne pas oublier la mémoire de nos camarades migrant.e.s disparu.e.s ou en souffrance.

 

Nous appelons à amplifier les actes de résistances et de solidarités en tous lieux d’atteinte aux droits des personnes en migration.

 

Contact :

  • Romain Balandier – La Confédération Paysanne – ECVC: +33 613 3818 28 (FR)
  • Federico Pacheco – Comité de Coordination ECVC: +34 690 6510 46 (FR, ES)
  • Mohammed Hakech – Fédération Nationale du Secteur Agricole – La Via Campesina: +212 691 0087 05 (FR, AR)

 

photo : @ElDiario.ES – Police espagnole avec équipement anti-émeute accueillant les immigrants sur la plage de Ceuta