Bruxelles, le 5 décembre 2019 – Ce dimanche 8 décembre, le Mouvement d’Action Paysanne (MAP), la Fédération Unie de Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs (FUGEA) et le BoerenForum seront présents à United for Climate. Ces organisations mettent en avant l’agriculture paysanne comme solution à la crise climatique. Elles demandent que ce modèle agricole soit soutenu concrètement par le monde politique.

 

Les organisations paysannes belges et leurs alliés animeront un espace dédié à l’alimentation et l’agriculture lors de la chaîne humaine United for Climate. Elles y exposeront comment l’agriculture paysanne peut répondre à nos besoins alimentaires tout en contrant le réchauffement climatique et en préservant la biodiversité. Pourtant, en Belgique, ce type d’agriculture est devenu minoritaire. Selon les statistiques officielles, en moyenne 43 fermes disparaissent chaque semaine, au profit de grandes industries agricoles. En effet, poussée par le courant politique actuel prônant le libre-échange, la spécialisation des exploitations, la non-régulation des productions, l’agriculture intensive gagne du terrain et concentre les aides publiques.

 

Le MAP, la FUGEA, le FMB et le BoerenForum lancent un appel aux gouvernements – fédéral et régionaux ­– pour diriger les politiques agricoles et environnementales en faveur de l’agriculture paysanne, familiale et nourricière. Maité, membre du MAP explique: « L’agro-business empire l’urgence climatique et l’empreinte carbone de notre alimentation. Nous exigeons que les droits humains et la nature l’emportent sur le profit. » Tijs, porte parole du BoerenForum complète : « L’année passée, nous n’avons pas eu de pluie pendant 3 mois ! Cet été fut encore plus sec et suivi par un automne extrêmement humide. Nous avons besoin de commencer à penser différemment. Avec l’agroécologie, l’agroforesterie, l’utilisation de nos semences paysannes et l’ambition d’augmenter la diversité des plantes et des animaux, nous pratiquons une agriculture qui a le pouvoir de s’adapter au changement climatique. » Il est crucial pour ces organisations d’être présentes au sein du mouvement climat, pour montrer que face aux défis environnementaux, le modèle d’agriculture qu’elles prônent fait partie des solutions.

 

Au même moment, une délégation de la Coordination Européenne Via Campesina est présente à Madrid, aux côtés de nombreux paysan.ne.s de La Via Campesinsa venu.e.s du monde entier apporter ce même message, et dénoncer les fausses solutions, à la 25e édition de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP25) et du contre-sommet des peuples.

Rendez-vous le dimanche 8 décembre à 13h30 à United for Climate au check-point agriculture et alimentation, au Mont des Arts, à Bruxelles.

Avec le soutien de : FIAN Belgium, Oxfam Solidarité, Sos Faim, Les Brigades d’Actions Paysannes, Brussels Boeren Paysans, Rencontre des Continents, Quinoa, Le Début des Haricots, le Réseau des Consommateurs Responsables, Flemish Milk Board

 

Contacts :

Mouvement d’Action Paysanne : Maïté Vandoorne, co-présidente, +32 476/614266 (FR, EN)

BoerenForum : Wim Moyaert, co-fondateur,  +32 488/994732 (NL, EN, FR)

ECVC : Andoni Garcia Arriola, membre du comité de coordination, +34 636451569 (ES)

 

L’agriculture paysanne: La logique d’une ferme paysanne est l’autonomie fourragère, énergétique et la vente en circuit court. Le captage du carbone, comme l’attention à ne pas en produire, y est essentiel. Les pratiques agroécologiques des fermes paysannes qui incluent la polyculture, l’élevage, la présence d’arbres et de haies, l’autonomie fourragère, les légumineuses, les rotations, l’utilisation de biochar, l’absence d’intrants chimiques, permettent à la biodiversité de se déployer. Elles préservent également les ressources et sont résilientes face aux changements climatiques.