Lire le document avec nos demandes ici

 

La Coordination Européenne Via Campesina (ECVC), représentant les petit·e·s et moyen·ne·s agriculteur·rice·s, engagé·e·s dans le développement durable et l’agroécologie paysanne, a accueilli favorablement la Communication de la Commission Européenne (CE) sur la stratégie De la Ferme à la Table (F2F) avec ses objectifs ambitieux de réduire les pesticides, les engrais et les antimicrobiens en Europe et d’augmenter l’agriculture biologique à au moins 25% des terres agricoles de l’UE d’ici 2030.

 

Nous rappelons que l’agriculture paysanne est la composante agricole d’un projet de société plus large, que nous souhaitons démocratique, égalitaire et respectueux de l’environnement. Il est construit autour de la notion de souveraineté alimentaire, telle que définie par la Via Campesina. Ainsi, ce projet ne concerne pas que les politiques agricoles mais également les politiques alimentaires, à même de structurer la demande pour les produits issus de l’agriculture paysanne.

 

ECVC voit une évolution de la vision globale, en mettant l’accent sur l’alimentation, qui est également au centre de la vision d’ECVC sur la souveraineté alimentaire et son droit à l’alimentation pour tous. Nous reconnaissons également la grande valeur des agriculteur·rice·s en tant que fournisseurs de nourriture, dans des systèmes alimentaires locaux sous contrôle démocratique.

 

La crise de la COVID-19 a accru l’importance d’avoir des systèmes alimentaires résistants et a montré les risques et les conséquences négatives de la dépendance extérieure et du manque de souveraineté alimentaire pour l’Europe.

 

Toutefois, bien que le modèle de l’agriculture familiale durable soit davantage valorisé dans les principes de la stratégie F2F, nous craignons que les petit·e·s et moyen·ne·s agriculteur·rice·s soient exclus de la mise en place des mesures F2F. Il est nécessaire que les objectifs de la F2F soient réalisés dans les différentes politiques communautaires concernées, en particulier la PAC, afin de soutenir une véritable transition vers des systèmes alimentaires durables basés sur l’agroécologie.

 

D’autre part, ECVC considère qu’un changement profond dans d’autres politiques de l’UE telles que sa politique commerciale est essentiel en raison du manque de cohérence avec les objectifs de la F2F. Continuer à faire pression pour des accords de libre-échange qui détruisent l’alimentation et l’agriculture durables et imposent une alimentation et une agriculture industrielles est contraire aux objectifs de la F2F.

 

Lire le document avec nos demandes ici