Vous trouverez ici la version pdf.

 

Les petit.e.s paysan.ne.s de la Coordination Européenne Via Campesina et de La Via Campesina internationale font parmi de celles et ceux qui continuent de se battre à la COP 26 pour des systèmes agricoles réellement durables et pour une transition urgente vers l’agroécologie en opposition au modèle agricole industriel promu par les grandes entreprises et soutenu par de nombreux gouvernements dans le monde. L’événement de Glasgow a donné lieu à des promesses de réduction des émissions de méthane et de réduction de la déforestation. Cependant, nous devons lire entre les lignes des accords en raison du manque d’engagements fermes de la part des gouvernements pour résoudre le problème.

 

En tant qu’organisation de petit.e.s paysan.ne.s représentant 31 organisations provenant de toute l’Europe, ECVC souligne le rôle que l’agriculture doit jouer en tant que première ligne de défense pour l’atténuation du changement climatique. Cependant, avec de nombreux autres mouvements sociaux et organisations de la société civile, nous rejetons les fausses solutions telles que les propositions de « net zéro » et de « mécanismes de compensation ».

 

En Europe, un énorme risque se profile de vouer de grandes surfaces de terres agricoles à des mécanismes de compensation plutôt qu’à la production alimentaire, notamment via l’initiative à venir « Rétablir des cycles de carbone durables » annoncée pour la fin 2021 (anciennement appelée « Initiative pour l’agriculture carbone »). S’il est positif de soutenir une transition vers une agriculture plus durable, les crédits carbones et le marché du carbone conduiront à la financiarisation et à une concentration encore plus grande des terres, ce qui portera préjudice à la planète, aux citoyen.ne.s et aux agriculteurs et agricultrices.

 

Le système alimentaire global est responsable de 44 à 57 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES)[1]. L’agriculture est donc un facteur essentiel à prendre en compte dans la lutte contre les changements climatiques. Face à ce constat, les solutions sont déjà sur la table : les systèmes agroécologiques paysans ont un énorme potentiel d’absorption du carbone. En effet, ces systèmes travaillent avec la nature et permettent ainsi de protéger la biodiversité et l’environnement. Au lieu de compenser le carbone produit par un système globalement non durable, les dirigeants mondiaux doivent s’attacher à apporter un réel soutien à l’agroécologie et à l’agroforesterie afin de les développer et de rendre le système alimentaire et agricole réellement durable d’un point de vue social, économique et environnemental.

 

Pour parvenir à de véritables changements, les agriculteurs doivent être rémunérés équitablement pour leur travail et les citoyens doivent avoir les moyens d’accéder à une alimentation saine, socialement juste et produite de manière durable. Le seul moyen d’y parvenir est de mettre en œuvre une régulation du marché qui permette réellement une transition agroécologique et de mettre également un terme à l’agriculture intensive industrielle. Autrement, les petites exploitations durables qui existent encore continueront à disparaître, les citoyens et citoyennes continueront à payer de leur santé, la planète continuera à se réchauffer et les grandes entreprises continueront à s’enrichir et à devenir plus puissantes.

 

Beaucoup ont critiqué les fausses solutions colportées lors de la COP26. Comme l’a déclaré Paula Gioia, agricultrice et membre du comité de coordination de l’ECVC, dans un discours prononcé lors du rassemblement de la coalition COP 26, qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes samedi dernier à Glasgow, les négociations ont été dominées par « les solutions basées sur le marché, les nouvelles technologies et les propositions « net zéro » des gouvernements et promues par les transnationales, les organisations philanthropes, les médias grand public et la plupart des ONG. Tous alimentent leur inaction climatique. » Dee Woods de la Landworkers’ Alliance, l’organisation membre d’ECVC basée au Royaume-Uni, a ajouté lors d’une action organisée par les délégués de LVC au sein de la Zone Bleue le lundi 8 novembre :  « Plusieurs des acteurs orientés vers le profit, qui ont mis en place l’UNFSS plus tôt cette année, font maintenant pression pour des initiatives comme l’Agriculture Innovation Mission for Climate (AIM4C) à Glasgow, qui excluent les personnes les plus touchées par la crise climatique, poussent à de fausses solutions, y compris au détriment des droits humains. »

 

Pour ECVC, si les mesures compensatoires qui vont à l’encontre de la nature avaient vraiment le potentiel d’arrêter le changement climatique, nous aurions déjà observé des progrès grâce aux mesures prises dans le passé. De plus, la recherche de solutions dans la digitalisation et les nouvelles technologies est un écran de fumée pour l’agriculture industrielle et les grandes entreprises afin de pouvoir continuer à profiter des ressources de la planète et d’avancer dans leur recherche de profit, tout en minant les petits et moyens agriculteurs.trices. Ceux-là même sont celles et ceux qui mettent déjà 70% de la nourriture dans nos assiettes, tout en utilisant seulement 30% des terres arables mondiales. Ils disposent du savoir-faire nécessaire pour œuvrer en faveur de la durabilité, mais pas des ressources nécessaires pour surmonter les difficultés mises en place par ceux qui souhaitent maintenir le statu quo pour leur propre bénéfice.

 

 

Pour plus d’informations et les positions des membres de l’ECVC et de la LVC sur le terrain à Glasgow, ainsi que des revendications politiques plus détaillées, vous pouvez consulter :

 

·         ECVC sur Twitter, Landworkers’ Alliance sur Twitter, La Via Campesina sur Twitter

 

·         Réponse d’ECVC à l’évaluation de l’initiative « Restaurer les cycles durables du carbone ».

 

·         Infographie ECVC sur le climat

 

·         Communiqué de presse ECVC sur le paquet Fit for 55

 

Contacts

 

Andoni Garcia Arriola – Comité de coordination du CEVC :  +34 636 45 15 69 – ES, EUS

 

Paula Gioia – Comité de coordination ECVC : +49 152 05 76 45 91- DE, ES, PT, EN

 

Dee Woods – Membre de Landworkers’ Alliance et de l’ECVC –  +44 7703 3574 43

 

[1]   https://grain.org/article/entries/5102-food-sovereignty-five-steps-to-cool-the-planet-and-feed-its-people