Disponible en PDF

 

Aujourd’hui, dans une lettre adressée à la Commission européenne et aux législateur·rice·s de la PAC, signée par des organisations de paysan·ne·s, des organisations environnementales, des ONG, des syndicats, et des chercheur·euse·s, la Coordination Européenne Via Campesina souligne le rôle clé des petit·e·s et moyen·ne·s paysan·ne·s dans la résolution des actuelles crises sociales, environnementales, et alimentaires.

 

En ce moment crucial, nous demandons que la politique européenne soutienne les petit·e·s paysan·ne·s et accroisse leur nombre.

 

Nous sommes à un tournant, et les négociations du trilogue sur la réforme de la PAC, les plans de stratégie nationale, la proposition de loi sur le climat, la stratégie « De la ferme à la table » et la stratégie en faveur de la biodiversité doivent prendre en compte des mesures concrètes pour transformer les objectifs en actions cohérentes, en se concentrant sur les points suivants :

 

  • La reconstruction de la résilience et la progression vers la souveraineté alimentaire grâce à une réglementation des marchés agricoles et alimentaires ;
  • La cohérence de la réforme de la CAP post-2020, en garantissant des revenus plus justes et plus dignes pour les paysan·ne·s et les travailleur·euse·s agricoles et en améliorant les règles et les critères des conditions agroenvironnementales ;
  • La lutte contre le changement climatique, en soutenant l’agriculture écologique et paysanne et en développant le nombre de paysan·ne·s présen·te·s sur les terres ;
  • La priorité de l’innovation menée par les paysan·ne·s sur les technologies numériques onéreuses, lourdes et privées ;
  • Le maintien ferme de la législation actuelle sur les organismes génétiquement modifiés et la reconnaissance des droits des paysan·ne·s aux semences dans la future réforme de la loi sur la commercialisation des semences ;
  • Le remaniement des règles du commerce agricole international afin qu’il soit plus équitable et solidaire, notamment en arrêtant les négociations d’accords de libre-échange supplémentaires.
  • La fin du traitement de la terre comme une marchandise, et à l’inverse, la promotion de l’accès des jeunes, des nouveaux venus, et de l’agriculture paysanne agroécologique à la terre ;
  • Le respect de la promesse de ne « laisser personne de côté » dans la mise en œuvre du Pacte vert pour l’Europe, ainsi que le respect et la protection des droits des paysan·ne·s et autres personnes travaillant dans les zones rurales, en mettant constamment en œuvre l’UNDROP.

 

Cette lettre marque la semaine du 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes. En ce jour, nous commémorons le massacre de 21 paysans sans terre en 1966 à Eldorado dos Carajás, au Brésil, alors qu’ils manifestaient en faveur d’une réforme agraire complète.

 

Pour lire la lettre et la liste des signataires en entier, veuillez consulter notre site ou télécharger ici.

 

Notes à l’attention des éditeurs

Pour savoir plus de nos activities du 17 avril, lisez les infographies sur le climat, la terre, les semences, et la souveraineté alimentaire et suivez notre campagne sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #17avril2021 et #PasDeFuturSansSouveraintéAlimentaire

 

Contacts
Morgan Ody – Comité de coordination d’ECVC – +33 626977643 – FR, EN
Andoni García Arriola – Comité de coordination d’ECVC : +34 636 451 569- ES, EU
Ou par e-mail : press@eurovia.org