Des changements sont nécessaires pour s’assurer d’une plus grande cohérence avec les objectifs de la PAC, du Pacte Vert et pour créer des systèmes alimentaires durables.

 

Dans une lettre ouverte aux député·e·s européen·ne·s, la Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) a demandé au Parlement Européen de donner la priorité à six domaines de la réforme de la PAC qui ne sont actuellement pas à la hauteur des neuf objectifs de la PAC ni des objectifs du Pacte Vert et de créer des systèmes alimentaires plus justes, plus sains et plus durables.

 

Depuis la première proposition d’une réforme de la PAC il y a de cela deux ans, ECVC a toujours défendu une réforme en profondeur. La situation de crise vécue par les modèles agricoles durables, les agriculteur·rice·s de petite et moyenne échelle ainsi que l’évolution de l’agriculture et de l’alimentation vers des modèles de plus en plus industriels rendent cette réforme urgente.

 

Les 9 objectifs proposés dans la Réforme, ajoutés à la proposition du Pacte Vert européen, les stratégies De la Ferme à la Table et Biodiversité confirment la nécessité d’une réforme en profondeur de la PAC.

 

Cependant, les positions prises jusqu’à présent par le Parlement et le Conseil, rendent la proposition de la Commission encore plus insuffisante et s’éloignent de ces objectifs, créant encore plus d’incohérence.

 

Actuellement, il y a une pression claire de la part de ceux qui défendent le statu quo actuel de la PAC pour clore les négociations sur la réforme de la PAC le plus rapidement possible. Ces lobbies et les grands acteurs des modèles agricoles industriels ont peur des changements qui pourraient être introduits dans la réforme de la PAC suite au débat sur le Pacte vert et les stratégies De la Ferme à la Table et Biodiversité. C’est une preuve supplémentaire que la réforme de la PAC proposée est insuffisante par rapport aux objectifs que l’UE s’est fixés dans ses politiques les plus récentes et les plus emblématiques.

 

Le Parlement européen a apporté d’importantes améliorations à la proposition de la Commission concernant les règlements de l’organisation commune des marchés. Cependant, sa position affaiblit la proposition déjà peu ambitieuse de la Commission européenne en bloquant ou en limitant, par exemple, les instruments qui nécessitent une meilleure répartition des aides du premier pilier de la PAC, liés au règlement du Plan stratégique de la PAC.

 

ECVC demande donc aux députés européens de corriger les mesures insuffisantes et les incohérences de la réforme de la PAC. Celles-ci sont détaillées dans la lettre ouverte jointe mais peuvent être résumées ainsi : plafonnement des aides pour répartir plus équitablement les subventions de la PAC et faire en sorte que les petits et moyens agriculteurs puissent en bénéficier ; pour protéger les modèles agricoles et alimentaires durables qui s’intègrent dans la préservation de l’environnement grâce à des éco-régimes qui favorisent les systèmes agricoles basés sur l’agriculture biologique et l’agro-écologie ; pour protéger les droits de l’homme grâce à l’éco-conditionnalité sociale obligatoire ; et pour garantir des prix plus équitables aux agriculteurs grâce à la régulation du marché. Vous pouvez lire la lettre complète ici.

 

Contacts:
Andoni García Arriola – Comité de coordination d’ECVC: +34 636 451 569– ES, EUZ
Alessandra Turco  – Comité de coordination d’ECVC: +34 76 42 71 70 – IT, ES, FR
José Miguel Pacheco – Comité de coordination d’ECVC: +351 918736441 – ES, PT