L’Observatoire Européen du Marché du Lait (MMO), qui aurait eu lieu le 27 Mars, a été annulé pour cause de l’épidémie du Covid-19. MMO a pourtant demandé des contributions écrites.

 

Voici la position de ECVC:

 

Nous devons tirer les leçons de cette dépendance aux grands exports. Une fois de plus, un événement extérieur à la production de lait va avoir un impact négatif sur les prix payés aux producteurs. Les crises se succèdent et entraînent de la volatilité. Or, cela est contraire à la bonne gestion des fermes qui ont besoin d’une vue assurée de revenus décents sur le long terme. D’autre part, cette volatilité des prix empêche les futurs fermiers de prendre assurance pour s’engager dans le métier. Or, le renouvellement des générations est un enjeu majeur pour l’avenir de l’UE.

 

Nous pensons à l’ECVC que les déterminants de la fixation du prix du lait doivent être, prioritairement, fixés par les valorisations du marché interne. L’environ 85% du lait auto-consommé doivent servir de base pour la fixation du prix payé aux producteurs. L’environ 15% environ valorisés par le grand export doivent compléter le panier et avoir une influence proportionnelle.

 

Nous pensons que d’autres crises géopolitiques, financières ou sanitaires sont très prévisibles. Il nous parait important d’avoir recours à d’autres critères pour garantir ce qui est écrit dans les objectifs du Traité de Rome et qui n’a jamais été atteint. À savoir : Assurer un niveau de vie équitable aux producteurs et stabiliser les marchés.

 

Nous insistons pour que l’ensemble des coûts de production, comprenant un revenu digne, soit enfin pris en compte.

 

D’autre part, les nouveaux défis climatiques, la préservation de la biodiversité et de l’emploi, en agriculture et dans les zones rurales, doivent être intégrés dans la nouvelle programmation de la PAC et dans la stratégie de la ferme à la table. Notamment l’encouragement à des pratiques vertueuses, qui comprend les vaches aux pâturages, mais aussi le découragement des étables hors sol, où les vaches ne quittent pas les étables.

 

ECVC prône un modèle de ferme à taille humaine, où les sols, les plantes, les animaux, les humains sont en connexion les uns avec les autres.

 

Rompre avec la fixation du prix du lait par le seul marché mondial et rompre avec des modèles de fermes trop grandes pour permettre le pâturage des vaches. Nous voulons des paysans nombreux sur tous les territoires. Cela sera un gage d’équilibre et de garantie d’approvisionnement alimentaire en qualité et en quantité.

 

PDF: ECVC contribution MMO 27.03.2020