Démarré en janvier 2021, Agroecology for Europe est un projet d’action de coordination et de soutien financé par l’Union Européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020.

 

Ø Se rassembler, partager des expériences

Le projet rassemble 12 partenaires européens issus de 10 pays, qui ont des parcours, des expertises et des expériences différentes, reflétant la diversité du domaine de l’agroécologie. 5 universités sont impliquées dans le projet, travaillant dans différents domaines de recherche : de la gastronomie et des systèmes alimentaires aux sciences végétales à l’agronomie. L’une des forces du projet est de mélanger des institutions de recherche, des universités et des organisations multi-acteurs. Cinq organisations multi-acteurs sont impliquées dans le projet, représentant la diversité des parties prenantes, de la coordination européenne de la Via Campesina à Agroecologiki en Grèce. Deux instituts de recherche sont également impliqués : le Conseil pour la recherche et l’économie agricoles (CREA – Italie) et l’Institut Thünen (Allemagne). Voir la liste complète des partenaires ci-dessous.

 

Ø Une vision et une approche commune

La transition vers des systèmes de production agricole durables fait face à de multiples défis environnementaux, économiques et sociétaux. L’agroécologie est un concept clé pour repenser nos agricultures et faire face à des enjeux, tels que l’érosion et la dégradation des sols, la qualité de l’eau, la perte de biodiversité, la sécurité alimentaire, l’accès à la terre, la perte d’exploitations agricoles et le changement climatique. Englobant des pratiques agricoles, la recherche, l’innovation et l’éducation, l’agroécologie offre la possibilité de transformer et de repenser notre système agricole et alimentaire.

 

Le projet AE4EU adopte une approche transdisciplinaire et participative afin de renforcer la recherche et l’innovation européenne en agroécologie. Les connaissances éparses ou isolées sur l’agroécologie, dans la recherche, la pratique, l’éducation, la formation et les politiques publiques, peuvent être rassemblées et mises à la disposition de nombreuses parties prenantes. En outre, en renforçant les liens entre acteurs au travers de réseaux et d’initiatives, le développement et la mise en œuvre de l’agroécologie en Europe pourra être accélérés.

 

Ø Les laboratoires vivants et les infrastructures de recherche comme vecteurs de l’agroécologie

 

Les laboratoires vivants (ou Living lab) en agroécologie peuvent fonctionner comme des catalyseurs de la création de connaissances et des pratiques en agroécologie avec une mise en œuvre concrète sur le terrain soutenu par l’interaction avec différents types d’acteurs. Des dynamiques, souvent plus locales, peuvent être étendues et renforcées par l’illustration et la diffusion autour de transition réussies qui seront étudiées et analysées dans le cadre du projet AE4EU. Pour favoriser l’innovation dans le domaine de la recherche, les laboratoires vivants et les infrastructures de recherche (c’est-à-dire les installations, les ressources et les services utilisés par les communautés de chercheurs pour mener des recherches et favoriser l’innovation dans leurs domaines) sont des structures clés qui peuvent être utilisées par tous pour faciliter la croissance et réduire la duplication des efforts.

 

Ø S’appuyer sur les réseaux existants

 

Grâce à un réseau européen et à l’implication d’acteurs de divers horizons et secteurs, le projet analyse l’agroécologie à travers ses différents piliers : en tant que science, ensemble de pratiques et mouvement social. AE4EU examine et cartographie différentes initiatives, telles que les living labs agroécologiques et les actions locales, régionales ou nationales, afin de connecter les acteurs de toute l’Europe. De manière à encourager et développer la collaboration et les connaissances entre acteur, un réseau d’échange européen sur l’agroécologie – sous la forme d’un hub virtuel – sera créé au cours du projet. En recherchant et en analysant les financements disponibles et les politiques publiques existantes, des améliorations et des recommandations pourront être proposées. L’ensemble de ces activités va contribuer à l’objectif d’accélérer la transition vers des systèmes agricoles et alimentaires durables en Europe.

 

Ø Six objectifs principaux

Le projet s’appuie sur six objectifs principaux, pour permettre une transition réussie vers l’agroécologie :

 

Accroître la connexion entre les acteurs concernés
Développer des compétences et des méthodes pour le développement d’infrastructures de recherche et des laboratoires vivants
Préparer les bailleurs de fonds à un financement accru et complémentaire de l’agroécologie.
Améliorer le capital humain et social
Améliorer la capacité à adapter les interventions politiques à des situations spécifiques.
Fournir une feuille de route et un réseau d’acteurs pour un partenariat européen en agroécologie.