Les pesticides sont désormais largement remis en cause par la population européenne. En 2017, plus d’un million de citoyen.ne.s ont signé l’initiative citoyenne européenne « STOP Glyphosate » dont le but est de revendiquer l’interdiction de la commercialisation du glyphosate dans l’UE, de réformer le processus d’autorisation des pesticides et de définir des objectifs de réduction d’utilisation de ce produit. Cependant, malgré les données scientifiques indépendantes disponibles et le fait que les citoyen.ne.s sont conscient.e.s des effets néfastes des pesticides, leur utilisation ne fait qu’augmenter, et ce sont les agriculteurs.rices, les consommateurs.rices et l’environnement qui en font les frais.

 

Les agriculteurs.rices sont les victimes d’un système ayant misé sur des choix sociétaux calamiteux : « gains de production » à tout prix, alimentation toujours moins chère, libre-échange, concurrence économique… Face à la réduction des marges et à la concurrence croissante faisant rage sur le marché, les paysan.ne.s sont encouragé.e.s à s’assurer un revenu en garantissant la productivité de leur exploitation et à se plier au système productiviste favorisant des machines toujours plus puissantes, des surfaces toujours plus démesurées, plus d’intrants issus d’énergies fossiles et de pesticides. Ils.elles sont donc contraint.e.s de pulvériser de grandes quantités de pesticides sur leurs champs, appauvrissant malgré eux.elles leurs sols, mettant gravement en danger leur santé et celle des populations environnantes et menaçant la biodiversité.

 

Comment en sommes-nous arrivé.e.s là ? Quelles sont les causes et les effets de l’utilisation des pesticides ? Quelles sont les solutions alternatives ?

 

Pour en savoir plus, veuillez consulter ici le manuel d’agroécologie paysanne pour un abandon des pesticides._